L’opération « sourcils » de François Fillon a tourné court

Des lunettes spéciales devaient rendre hommage à la pilosité exceptionnelle du candidat LR, juste avant le premier tour de l’élection présidentielle. La grande distribution a été annulée à la dernière minute.

fillon
Depuis sa participation à l’émission « Ambition Intime », où Karine Le Marchand l’avait gentiment charrié sur sa méthode d’épilation sourcilière, François Fillon a tenté de retourner cet air sévère à son avantage, en jouant la carte de l’auto-dérision : dès le début de sa campagne, lors de ses vœux à la presse prononcés le 10 janvier, il avait lancé aux journalistes : « Vous devrez faire avec ma réserve et mes sourcils broussailleux. Dur travail ! »
Trois mois plus tard, la garde rapprochée du candidat s’est employé à renouer ce fil pour redorer l’image de son champion, très écornée par les soupçons d’emploi fictif pesant sur son épouse Penelope. Le stratagème a failli pendre une drôle de tonalité lorsqu’à une semaine du premier tour, des cartons entiers de lunettes en plastique, toutes surmontées de faux sourcils en feutre, sont arrivés au QG de la tête d’affiche LR. Ces objets devaient être distribués en guise de tracts par des militants tous habillés de tee-shirts barrés du même slogan : « Je ne sourcille pas, je vote Fillon ». L’opération, qui aurait coûté la bagatelle de 30 000 euros au parti, a cependant vite été désavouée par l’entourage de l’ancien premier ministre. En tête, sa chargée de communication Myriam Lévy a posé son veto, estimant qu’une telle campagne aurait été contre-productive et n’aurait contribué qu’à « abaisser la stature du candidat et abîmé sa présidentialité ».

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).